Panier 0
 
photo-1490187763999-9f273a5b7516.jpeg
 

Charte fondatrice du mouvement
« Notre Avenir À Tous »

La présente Charte précise la finalité du mouvement, la spécificité de ses analyses et la feuille de route qu’il s’est fixé. La lecture de ce document est un préalable nécessaire à l’adhésion au mouvement. En partager les analyses et les conclusions doit permettre à tous ses membres de participer aux réflexions, aux décisions et aux actions de Notre Avenir À Tous. 

Personnalité

Notre Avenir À Tous est un mouvement politique. Il participe à la vie démocratique, élections comprises.

L’objectif du mouvement est de réunir le plus grand nombre de citoyens, acteurs au quotidien de la vie économique, sociale, culturelle ; observateurs de ses forces et de ses faiblesses, des satisfactions, des frustrations et parfois des faillites ; conscients des dérèglements et de la nécessité de changements fondamentaux, pour notre planète, pour notre société, pour notre avenir. 

Le mouvement partage une autre vision du pouvoir. Il est temps de renoncer au style d’autorité principalement pyramidal et dépendant, velléitaire et déresponsabilisant ; de bâtir un système de pouvoirs entre acteurs éclairés, laissant une large marge de liberté à ceux qui voient et qui font, sur le terrain de la réalité, dans le cadre de politiques nationales résolument orientées vers un changement indispensable. Le mouvement promeut donc le pouvoir du citoyen comme celui des institutions, la puissance publique au soutien des initiatives, dans une relation dynamique et exigeante. 

Inventer ces nouveaux rapports, les reconnaître et les faire émerger, changer les règles du jeu au sein des institutions existantes, faire accepter la responsabilisation qui en découle pour tous, la nécessité de discuter, de comprendre, de concilier, sans perdre de vue la finalité, l’intérêt public non pas immédiat et restreint, mais durable et partagé : tel est l’enjeu majeur. Améliorer notre système collectif donc, en acceptant la complexité de notre société, née des conciliations multiples qui la fondent (prospérité et solidarité ; sécurité et liberté ; égalité et diversité…) ; née également de la conscience des enjeux planétaires, environnementaux et humains.

Face à la cécité, au déni ou au repli, notre identité est la lucidité, la volonté et l’intelligence partagées.

Vision

Un avenir désirable pour tous suppose des grandes transformations. Celles-ci doivent être la priorité de nos politiques publiques et de nos actions.

La transformation environnementale

Le constat s’impose. Nous sommes plusieurs milliards sur notre planète. La pression démographique, au Nord comme au Sud, a fortement dégradé notre milieu, ce qui nous met en risque dès aujourd’hui, et pour les décennies à venir. On sait que nos modes de de vie et de production actuels ne sont pas durables. Changement climatique, effondrement de la biodiversité, pression sur les ressources naturelles (eau, terres arables, minerais, vivant) et dégradation globale des écosystèmes. Le changement climatique se dresse comme une menace, face à laquelle chacun doit agir. Entrer en résistance, individuelle et collective, ou demeurer en collaboration, avec les grands et petits intérêts à court terme, telle est l’alternative. Nous choisissons la volonté ferme et éclairée à la cécité autoritaire et complaisante.

La transformation sociétale

Notre société est sur le chemin de crête. Entraînée dans la course de la productivité et de la mondialisation, elle est de plus en plus exigeante avec chacun de ses membres, à l’école, au travail et dans beaucoup d’actes de la vie quotidienne. Lestée par les leçons du passé et portée par ses valeurs, elle déploie des moyens considérables pour aider, soutenir, former. Agir pour adoucir les pentes et élargir le sentier, c’est également notre choix. Ne pas céder aux sirènes de la compétition généralisée, du progrès à tout prix, du confort individuel ; reconnaître que la recherche du profit n’est qu’une part très minoritaire de nos motivations quotidiennes, tournées vers l’échange, l’accomplissement, la recherche de sens ; valoriser la diversité des engagements, des accomplissements et des savoir-faire ; considérer, soutenir, exiger plutôt que  juger, assister et exclure.

La transformation politique

Nos institutions demeurent imprégnées du vieux tropisme jacobin, de la stratification bureaucratique héritée de la très vieille monarchie, qui les éloignent du terrain et les soumettent au face-à-face avec les intérêts des puissants et des corps intermédiaires à la faible représentativité. Les réformes se sont succédées sans remettre en cause le vieux postulat du prince éclairé, et de ses élites spécialement formées, qui seraient seules capables d’éclairer le présent et l’avenir. D’où le maintien d’un régime administratif tutélaire ; d’où une décentralisation bancale et confuse qui menace de réveiller les féodalités ; d’où une participation demeurée méfiante et formelle des citoyens aux décisions publiques. La force de notre société est pourtant d’avoir établi la lumière à tous les étages. Notre choix : assumer le renversement du paradigme, rétablir la cohérence en distribuant résolument les pouvoirs, dans le cadre de nos institutions, dans le respect de notre unité, au sein d’une organisation collective plus claire et plus responsable.

Certaines réponses concrètes existent déjà à travers le monde : elles ont besoin de la volonté de tous pour se perfectionner et pour changer d’échelle. Produire des énergies renouvelables locales, développer une agriculture éco-logique intense en emplois pour une alimentation plaisir, saine et fraîche ; renforcer le capital social ; accompagner la transition des compétences pour que chacun (à tout âge et quel que soit son parcours) puisse se former à un emploi ou une activité pertinents pour demain ; faire que notre épargne finance l’économie dont nous aurons besoin demain ; accompagner la création et la transformation des entreprises qui concilient efficacité économique et intérêt collectif… autant de projets qui peuvent déjà être menés par nous tous à des échelles locales, et qui peuvent être soutenus et accompagnés par une nouvelle force politique.

Des grands thèmes (tels que l’Europe, politique migratoire, souveraineté, régulation financière, fiscalité, laïcité, identité, retraites, chômage, sujets sociétaux) suscitent des débats et des oppositions parfois radicales au sein de la société française. Ces débats sont indispensables, mais nous ne pensons pas qu’ils sont essentiels en un temps où les périls globaux et bien précis nous menacent. La première nécessité est de travailler concrètement à une organisation économique et social efficiente et viable, qui réponde aux besoins fondamentaux du plus grand nombre et à la protection de notre planète. 

Démarche

Les partis passés et actuels se sont développés pour la conquête du pouvoir par le haut, dans une surenchère idéologique et démagogique. Ils ont adopté des organisations pyramidales, rassemblé une base d’adhérents, mis en place des leaders charismatiques et des barons locaux, agit dans le cadre et parfois hors cadre avec les organisations les plus puissantes du moment, influé sur les opinions pour maintenir en place le vieux style d’autorité au profit d’intérêts dominants, actuels ou futurs, réels ou rêvés, voir complotés. Ce modèle est condamné à l’impuissance ou à la faillite. Il ne permet pas d’agir autrement, efficacement et vite pour faire face aux défis qui sont devant nous.

Notre démarche est à l’exact opposé 

Redonner le pouvoir d’agir à chacun, dans sa vie quotidienne, en lien avec les autres, localement et globalement. Relayer les actions et les idées par une organisation collective efficace, notamment politique à l’échelon des territoires. Orienter, insuffler et soutenir par des politiques régionales et nationales, mais également contrôler et sanctionner le cas échéant. Influencer, insuffler et entraîner à l’échelon européen.

C’est la démarche de Notre Avenir À Tous. Et c’est celle que le mouvement entend appliquer à son propre fonctionnement. Non pas une marche de circonstance, un porte-à-porte pré-électoral, une multiplication holographique du chef dédié à la vénération. Mais une organisation vivante qui, parce qu’elle n’a pas de doute sur la nécessité de la transformation, peut se nourrir de toutes les énergies et de toutes les initiatives ; qui, parce qu’elle place l’absolue nécessité de la transformation au-delà des ambitions personnelles, sait partager, reconnaître, expérimenter ; et également décider, déléguer, contrôler comme le font au fil des jours les acteurs plongés dans la réalité multiple de notre monde, avec ses forces et ses faiblesses, sans angélisme et sans défiance.

Nous fondons le renouveau de l’action politique sur 4 piliers : 

  1. dire la mesure des défis globaux à court et moyen terme et permettre la mobilisation générale en les reliant au quotidien des Français

  2. se réjouir et se rassembler plutôt que diviser, être acteur de sa vie et de l’évolution de la société

  3. innover et faire ensemble sur le terrain plutôt que s’affronter dans des débats d’idées, ou dans un quotidien subi

  4. élaborer ensemble une feuille de route avec des propositions de politiques publiques adaptées aux enjeux globaux et aux besoins de toute la population.

Notre Avenir À Tous souhaite faciliter et accélérer les réponses concrètes et collaboratives aux défis du XXIe siècle

Se réunir autour de projets concrets est le meilleur moyen pour apprendre à se connaître, et à partager dans l’effort le plaisir du « faire ensemble » plutôt que la passivité, l’insatisfaction, la révolte. Certains consensus viennent naturellement au sein du mouvement : la nécessité d’une action non violente, le respect de l’humain et de ses droits fondamentaux, l’affirmation claire de la laïcité, la fermeté nécessaire au maintien du contrat social, la nécessité d’un cadre réglementaire et fiscal permettant de protéger et régénérer les communs naturels et sociaux. Le mouvement vise à préciser progressivement ses positions argumentées et ses propositions sur l’ensemble des thèmes plutôt qu’à imposer une doxa unique à ses adhérents.

Implication

Adhérer, c’est s’impliquer ! 

Dans la mesure du temps que chacun peut consacrer au mouvement, et à l’avenir !

On peut, à ce stade de développement du mouvement, déterminer quatre voies d’implication par et pour les membres du mouvement.

1/ Le partage d’expérience. Il repose sur les acteurs engagés dans les projets du quotidien, de toutes natures, économique, social, culturel, éducatif, sportif et également politique. L’exposé des initiatives, formules, objectifs, collaborations est la matière première du mouvement. Il faut ensuite la valoriser selon une organisation et des méthodes à préciser. A ce stade, on peut penser à la création de « Clubs NAÀT » réunissant périodiquement les acteurs d’un territoire, et à un réseau national d’expertise, les réunions des clubs NAÀT pouvant être l’occasion de faire intervenir des acteurs experts d’un domaine. C’est le réservoir d’énergie.

2/ La jauge populaire du territoire. Chaque territoire est engagé dans le changement, en matière d’énergie, de mobilité, d’alimentation, de déchets, d’économie circulaire, d’économie sociale, de transparence politique… mais il est difficile de mesurer l’impact réel de ces initiatives, leur caractère structurant ou anecdotique. Cette mesure est pourtant essentielle pour évaluer les efforts entrepris, et surtout les situer par rapport aux objectifs affichés ou souhaitables dans toute une série de secteurs. La jauge peut prendre la forme d’une «Cotation NAÀT » destinée être répétée tous les 4 ans par la population pour mesurer l’évolution de son territoire. Elle peut être l’occasion d’une participation la plus large, utilisant de vraies méthodes d’approche, d’analyses et d’agrégation des populations, rattachant mieux encore la personne à son territoire et distinguant les marges de progrès, socle des projets à faire éclore puis à mener au succès. C’est rendre le défi populaire.

3 /La compréhension du monde qui vient. Permettre à chacun de mieux saisir le monde complexe qui est le nôtre et de repérer l’origine des menaces, d’en analyser les conséquences humaines et naturelles, mais aussi de connaître les efforts et les initiatives qui se développent partout est vraiment une nécessité pour mieux ajuster son action. Le mouvement va développer cette banque d’informations, d’analyses, mettre à disposition de ses membres les bons outils d’accès, et développer des formations courtes sur des sujets majeurs et interdépendants. C’est être lucide.

4/ Une organisation évolutive. Le mouvement se dote d’outils et de méthodes qui permettent aux membres de s’impliquer efficacement, sans perte de temps et complications excessives. Le premier temps est l’étude de moyens pour se réunir, travailler et décider avec une grande liberté de temps et d’économie de déplacement, permettant ainsi à tout un chacun, quelque soit sa situation géographique ou sa disponibilité, de participer pleinement à ce grand défi, en valorisant au maximum temps, énergie et compétences. Le deuxième temps est la mise à disposition d’outils d’interconnections et d’une application dédiée. C’est être tous accessibles.

Il est maintenant possible d’agir pour Notre Avenir À Tous.